21 janvier 2014

Rembrandt, une poésie qui lui était nécessaire


Au XVIIème siècle, de nombreux artistes, amoureux de l’Italie, partent à la découverte de cette civilisation, impatients de se mêler aux peintres renommés et à de nouvelles influences. Rembrandt n’est pas de ceux-là et fut toujours animé d’un désir de transcendance !
Ce qui a imprégné l’enfant pour toute une vie est double. Il y eut d’abord l’illimité de l’espace extérieur où il vivait avec sa famille. La vue y courait librement jusqu’à l’horizon et la rumeur de la mer s’alliait au souffle puissant du vent, faisant naître en lui un élan irrépressible de liberté qui lui fut consubstantielle.
A cet espace extérieur dont l’enfant sent le souffle qui l’enveloppe de toutes parts s’ajoute l’infini d’un espace intérieur qui s’émerveille des miracles de la Bible. Ecoutons-le nous parler de son environnement familier :

« Jusqu’à l’horizon!
les dunes basses
les herbes rases
les mouettes criant
autour des ailes du moulin…
Rumeur des vagues dans le vent
et dans ma bouche
le goût salé de mer…
la ville est si loin
pour l’enfant que je suis… »

«Et puis il y a le Livre
le cercle de famille
le mystère des mots
et les histoires fantastiques
l’ange guidant Tobie
sur le chemin de la Lumière
le regard grave de la mère
penché sur l’Ecriture
lisant à ses enfants
les aventures de ces femmes
Rachel Rebecca et Sarah
Qui hanteront mes plus beaux rêves… »



                                                      Pierre Sentenac  "Rêverie d'après les paysages de Rembrandt" 01/2014

Grâce aux lectures de sa Mère dont il a esquissé le portrait et au cercle de famille dont il scrute les visages dans les moindres inflexions, il pratique avec passion l’exercice du portrait qui le fascinera durablement.
Parlant de l’influence de sa Mère sur son cheminement artistique, il pourra dire à son propos :
« Dans son image simple
je puise ma source d’inspiration.
Lisant la Bible,
elle me révèle les routes du monde
et ce voyage dans le passé
m’ouvre la porte d’un infini… »

Plus tard la découverte de la ville d’Amsterdam constitue pour lui un véritable enchantement !

« C’est là que je rencontre l’Italie !
nul besoin de longs voyages
pour parfaire mon art
mais les gravures des maîtres italiens
à portée de main, à portée des yeux !... »

Carrefour de l’Occident, le port d’Amsterdam déborde de vitalité, un peuple industrieux qui possède le sens des réalités, le goût des joies simples, qui offre à Rembrandt la multiplicité de ses richesses exotiques, de ses modèles et des mythes qui continuent à l’inspirer. Ce qu’il apprendra à connaître de la mythologie des Grecs ne fera que rendre plus fabuleuse la mythologie des Juifs. Et dans ses années de détresse quand il habitera leur quartier, séduit par l’austérité méditative de ceux qu’il rencontre, il esquissera de nombreux portraits de cet univers mythique que la Bible lui avait déjà révélé.
Au cours de sa vie, sa quête de liberté et son élan vers la transcendance n’ont jamais faibli et la diversité de ses autoportraits témoigne de ses interrogations profondes. « Qui suis-je ? » nous dit-il aussi bien à travers ses travestis (autoportraits avec déguisement) que dans ‘son dur combat du clair et de l’obscurqui jalonne son existence.
Dans sa création picturale son amour des femmes l’a accompagné, de la plénitude du bonheur conjugal qui rayonne dans les yeux de Saskia sa première femme à la simplicité limpide de l’évocation d’Hendrickje sa deuxième femme. Une vie humaine dans toute sa vérité où le regard acéré du peintre traque le mystère de l’existence à travers le passage du temps dans le regard de ses proches mais aussi des autres et l’on pourrait dire, de ces oubliés et tous les marginaux qu’il affectionnait particulièrement.

« J’ai aimé les gravures de Callot
et tous ces gueux que je rencontre
dans les grands chemins
Monde d’exclus et de marginaux
comme celui du Christ sur les chemins de Galilée… »
M.S








Livre:
Ce texte fait référence au livre de Michèle Serre
"Rembrandt Au bord du rhin" paru en 2006
illustrations de Pierre Sentenac
est disponible aux éditions Le Bien-Vivre: 
Pour commander cet ouvrage contacter l'adresse mail: pierresentenac@orange.fr 
( Livres d’artiste de Collection, cousu main, couverture Moulin Laroque, papier moulin ou vergé:
tirages 100 exemplaires numérotés, prix: 19Euros )




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire