12 mars 2013

Les Frimas de l’hiver II


Comment remonter à la source quand les années passent, que les souvenirs se font plus ténus, que les images perdent de leur consistance. Peut-être que les mots et leur étrange sonorité s’inscrivent-ils en nous avec une insistance que nous n’attendions plus ?
Dans les petits matins d’hiver de la radio, j’entends encore la voix de Jacques Lacarrière nous faisant découvrir l’Aubrac, ce pays rude qu’il savait décrire à merveille dans les frimas de l’hiver. Cet écrivain mythique de « L’été grec », mais aussi de « Chemin faisant » à travers une France et des chemins ruraux un peu oubliés, savait nous faire goûter la poésie du givre et des pérégrinations solitaires ponctuées de rencontres parfois hasardeuses. Sous l’écorce des mots, des paysages inconnus mais accessibles au commun des mortels par la magie de la radio.
Aujourd’hui, ce marcheur infatigable et curieux a ouvert la voie à de nombreux marcheurs et les sentiers de randonnée n’ont plus de secret pour eux ! Mais pas seulement…
Le dernier livre de Jean-Paul Kauffmann : « Remonter la Marne » est un témoignage de l’influence de cet écrivain (aujourd’hui disparu) dans l’évolution des mentalités et des expériences un peu inédites de certains voyageurs.
Jean-Paul Kauffmann  a été sensible à cette démarche qui nous ouvre des chemins et des amis nouveaux. « Un jour je ferai comme vous » avait-il promis à cet auteur amoureux de la nature et des hommes, découvreur d’un patrimoine oublié.
Presque trente ans plus tard, Jean-Paul Kauffmann remonte jusqu’à la source de la Marne et comme lui, il conjugue l’errance et la disponibilité à l’imprévu et aux rencontres. Sans souci parfois des conditions météorologiques ‘si indispensables’ à l’homme d’aujourd’hui…
Ce périple fait revivre des décors oubliés, des écrivains célèbres tels Bossuet et La Fontaine mais aussi une langue parfois désuète et pleine de saveurs. Quel rapport me direz-vous entre le ‘Guinguet et la Guinguette, peut-être un art de vivre un peu oublié au fil du temps ? Mais c’est surtout une proximité profonde avec la nature jusqu’à la source d’un fleuve souvent abimé par la pollution et qui renaît à sa source.
Un bain de jouvence pour l’auteur lui-même :

« J’ai joint mes deux mains pour la recueillir
Elle avait un goût étrange de menthe et de mousse, pur et coupant ».


P S  La Source 09/1990




h


Car en amont coule la source
Minuscule dans sa candeur
première
l’Incorporelle du voyage
qui à tâtons
cherche ses formes
dans la mémoire du chemin…
M.S




Nota bene:

Livres: Jacques Lacarrière: « Chemin faisant»  Fayard - livre de poche 1978

           Jean-Paul Kauffmann : « Remonter la Marne » Fayard

que l'on peut commander à l'adressepierresentenac@orange.fr

Tableau: «La source» de Pierre Sentenac format 80x18cm- 09/1990 -Technique Mixte/Carton
Informations concernant les oeuvres de Pierre Sentenac cliquer sur PS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire