2 janvier 2018

Fugue poétique


Bien haut passent tes paroles
en bancs d’oiseaux migrateurs
au-dessus des murs épais
des maisons impénétrables
au-delà des toits fleuris
comme une île de décembre…
Tes mots sont colliers d’adieu
pour mes rêves en partance…
Ils dorment sur les plages grises
bien au-delà du silence…


Echappée de la mer
joueuse et solitaire dans son élan fugueur
la vague m’a remis l’anneau brillant de son écume !

_ A Toi, son court destin de vagabonde ! _
Je saurai bien en conserver
l’audace claire de son rythme
aux bords lointains de mon regard !
Michèle Serre

Pierre Sentenac Illustration "Fugue poétique"
 Logiciel Paint, ce jour 02/01/2018




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire